Auteur Sujet: le passé de Malifaux  (Lu 3503 fois)

Hors ligne dellamorte

  • Modérateur
  • Amateur de Pierrâme
  • *****
  • Messages: 223
    • Voir le profil
le passé de Malifaux
« le: 31 juillet 2019 à 19:43:29 »
Malifaux est un monde à part. Situé dans un autre royaume, dans une autre dimension de la réalité, il est la demeure des monstres et de l'humanité. Beaucoup trop souvent, les deux deviennent indissociables l'une de l'autre.

   Bien qu'il s'agisse d'un monde différent, Malifaux est similaire à la Terre à bien des égards. Il y a de l'air respirable et un ciel bleu avec un soleil qui se lève à l'horizon le matin et se couche le soir. Le sol est approprié pour la culture des plantes, et les plantes de la Terre ont été transplantées avec succès à Malifaux (et vice versa) avec peu d'histoires.

   Il y a des différences, bien sûr. Les étoiles et les constellations dans le ciel nocturne sont complètement différentes de celles de la Terre, et deux lunes (l’Illios lumineux et Delios plus sombres)  sont accrochées au-dessus de la tête la nuit. Certaines personnes prétendent que le soleil a des couleurs qui semblent plus brillantes et plus vives sur Malifaux, comme si le monde avait été peint sur du verre, mais la majorité des personnes qui voyagent à Malifaux ne remarquent pas
beaucoup de changement.

   Bref, Malifaux peut sembler étrange aux humains, et c'est certainement un danger sur le chemin de l'indompté mais c'est rarement un phénomène extraterrestre. La plupart des lois naturelles, tels que l'humanité les comprend, continuer à fonctionner sur Malifaux comme sur Terre.

   La seule différence notable qui sépare la Terre de Malifaux est l'abondance d'énergie magique. Sur Terre, les lanceurs de sorts ont toujours eu à lutter pour puiser dans l'énergie magique ; seuls les plus grands et puissants lanceurs de sorts, enhardis par des runes mystiques
et des phrases obscures transmises depuis l'antiquité, pourrait même espérer exploiter ce pouvoir mystique.

En revanche, Malifaux est saturé d’énergie magique. Les mêmes mots obscurs qui pouvaient à peine allumer une bougie sur Terre sont suffisants pour invoquer un tourbillon de flammes a Malifaux, et même ceux sans talent pour la magie se retrouvent peu à peu à développer d'étranges capacités comme la magie latente de l'esprit du monde s'infiltre dans leurs corps et leurs âmes.

Hors ligne dellamorte

  • Modérateur
  • Amateur de Pierrâme
  • *****
  • Messages: 223
    • Voir le profil
Re : le passé de Malifaux
« Réponse #1 le: 31 juillet 2019 à 19:44:34 »
L'histoire de Malifaux

   La véritable histoire de Malifaux est perdue dans les annales de temps. Il y a des vérités et des tromperies enterrées à mesure égale parmi les légendes racontées par ses natifs mais l'humanité a été capable de reconstituer ces mythes pour créer une idée plausible de l'existence et d'à quoi ressemblait Malifaux avant l'ouverture de la Grande brèche.

Le passé de Malifaux

   Il y a longtemps, Malifaux étaient habité par des gens semblables à l'humanité. Ils s'aimaient et se battaient comme l'humanité le fait, en créant des objets de beauté et des armes de guerre dans la même mesure. Leurs premières civilisations appris la magie et étudia son utilisation, et en tant qu'unité l'empire s'est effondré pour faire place au suivant, magique et avec une technologie de pointe en tandem l’un avec l’autre.

   Avec le temps, les gens en sont venus à croire qu'ils étaient maîtres de la magie et de la technologie. Ils croyaient qu’ils pouvaient résoudre n'importe quel problème, relever n'importe quel défi, et un par un, ils ont résolu les plus gros problèmes qui les tourmentaient : pauvreté, maladie, douleur.… Finalement, les plus intelligents d'entre eux ont trouvé des moyens de vivre sans fin et d'entrer dans une ère de paix et de prospérité.

   Peu à peu, cependant, ces visionnaires s'ennuyaient durant leur longue vie et, étant intelligents, ils ont cherché des façons de se divertir. Certains ont créé de l'art à couper le souffle qui a repoussé les frontières des sens artistiques, certains se mirent en quête de la connaissance de leurs sens, d'autres s’attachèrent aux gens afin de partager librement avec leurs frères et d'autres se sont plongés profondément dans l'inconnu jusque dans les royaumes de la magie. D'autres ont modifié leur corps et les corps de ceux qui les entouraient d'une manière qu'ils ont trouvée plaisante, créant de nouvelles races grâce à des techniques de pointe de science et de rituel magique.

La guerre des tyrans

   Une poignée d'immortels qui s'ennuyaient ont transformé leur attention vers des poursuites plus sombres. Ils ont trouvé des façons dangereuses de perdre leur temps, et, en étant malin, maîtrisé chacune à son tour.

   Ce qui avait été un plongeon palpitant dans les eaux sombres pour certain est devenu un plongeon tête baissée, essoufflé, dans la dépravation pour les autres. Ils ont trouvé au plus profond d'eux-mêmes les pires perversions et les plus terribles désirs, et ne connaissant aucune limite, ils ont tourné ces choses vers l'extérieur sur leurs camarades. Ils se sont révélés dans la misère qu'ils ont vécue. Ils ont causé et soumis leur famille à des expériences cruelles et d'un sadisme indescriptible simplement pour leurs propres besoins, le divertissement et l'édification. La maladie et la douleur abondaient à nouveau aux Malifaux.

   Grisées par leur propre pouvoir, ces entités ont mis de côté leurs noms mortels et leurs âmes comme des serpents qui perdent leurs peaux... ou peut-être, comme des papillons de nuit émergeant de cocons. Ils ont pris des sobriquets pour décrire leur nouveaux moi - Peste, Oblitération, Méridien, Désespoir,…  Mais pour ceux qui n'étaient pas montés, il y avait seulement
un mot pour décrire ce qu'ils étaient devenus : Des tyrans.

   Ces tyrans étaient si puissants qu'ils semblaient être des dieux. Le peuple désespéré des Malifaux épuisé a mis toutes les forces disponibles pour arrêter les Tyrans. Ils ont transformé de nouvelles technologies magiques et explorées ce qui était auparavant trop dangereux pour être pris en compte. De terribles créatures ont été créées par des rituels magiques et se sont frayé hors des cuves de produits chimiques pour être déchaîné sur les Tyrans dans l'espoir d'exploiter une faiblesse inconnue. Des armées comme le monde n’en a jamais connu ont marchés dans l'ombre terrible des machines de guerre qui ébranlèrent le continent.

   Malgré les meilleures tentatives des Malifauxiens, cependant, rien ne semblait capable de s'opposer à la puissance de la magie d'un Tyran ou sa maîtrise des sciences. Les grandes machines de guerre ont été balayées comme des jouets d'enfants, et des armées entières ont été
massacrés en un clin d'œil.

Hors ligne dellamorte

  • Modérateur
  • Amateur de Pierrâme
  • *****
  • Messages: 223
    • Voir le profil
Re : le passé de Malifaux
« Réponse #2 le: 31 juillet 2019 à 19:45:20 »
La bonne affaire de Titania

   Quand tout semblait perdu, c'était la reine du peuple qui a ravivé l'espoir de la victoire. Titania a rassemblé les guerriers, les artificiers et les mystiques dispersés pour elle et leur a parlé de ses rêves et de la machine qu’elle y a vu. La machine, dit-elle, allait lui permettre d'exploiter le pouvoir de la mort elle-même pour pouvoir détruire les Tyrans une fois pour toutes. La lueur d'espoir était tout ce dont les survivants avaient besoin. Ilsont orienté tous leurs efforts vers la création du dispositif Kythera de Titania.

   A l'insu des disciples de Titania, elle les avait trahi. Le dispositif Kythera n'a pas été conçu pour simplement canaliser le pouvoir de la mort, mais plutôt, pour apporter la personnification de la mort elle-même (l'Esprit de la tombe) à Malifaux ; Cythère était un portail dimensionnel. Comme il
a commencé à s'ouvrir, l'Esprit de la tombe a terminé l'affaire et a infusé Titania avec son pouvoir de chute. Ce n'est qu'à ce moment-là que ses sujets ont finalement réalisé la pleine étendue des affaires sombres que Titania avait conclues avec l'entité.

   Alors que leur reine tournait le pouvoir de l'Esprit de la tombe vers les Tyrans, tuant leurs corps physiques, les gens qui avaient construit Cythère travaillaient désespérément pour défaire ce qui avait été fait. En fin de compte, ils ont prouvé qu’ils étaient incapables de fermer l'appareil, mais ils ont empêché l'appareil d'ouvrir le portail plus loin qu'il ne l'avait fait. Le pouvoir corrompu et nécromantique de l'Esprit de la tombe s'infiltrait hors de l'appareil, mais l'entité elle-même avait été empêché de traverser et de dévorer toute la vie de Malifaux.

   L'acte de canaliser tant de pouvoir nécromantique avait tué Titania, mais plutôt que de mourir, elle a changé et est devenu un cadavre pensant et ambulant. Elle s'attendait à de l'admiration pour avoir vaincu les Tyrans, mais ses sujets avaient vu ce qu'elle avait presque déchaîné sur le monde et se sont retournés contre elle.

   Les morts-vivants n'avaient jamais existé à Malifaux auparavant. Titania, et ses anciens sujets étaient concernés qu'en l'exécutant, elle pourrait libérer ce qui l’avait corrompue en la transformant en une menace bien plus grande que celle qu’elle l'était déjà. Au lieu de cela, ils ont modifié les plans de Kythera et ont construit une deuxième structure (Nythera) pour servir de prison à Titania et les membres de l'équipe qui lui étaient encore loyaux. On croyait que Nythera la garderait confinée pour toujours.

La grande reliure

   Dans les décennies qui suivirent la fin de la guerre des Tyrans, les survivants ont graduellement commencé à se rendre compte que les Tyrans n'avaient pas été complètement vaincus. Leurs formes physiques avaient été brisées, c'est vrai, mais leurs esprits avaient enduré l'assaut de Titania et s'étaient attardés dans l'éther en tant que spectateurs de leur ancien moi.
Bien que relativement impuissant dans cette forme éthérée les Tyrans pouvaient encore exercer leur volonté d'une manière limitée.

   Pire encore, ils semblaient capables de former des liens spirituels avec les mortels, accordant son pouvoir à ce mortel à mesure que le Tyran consommait graduellement son énergie et prenaient leurs places dans le monde. Craignant le retour de ces puissants ennemis, le peuple de Malifaux a tourné son attention vers le piégeage des Tyrans dans des prisons magiques. Les prisons variaient
dans la forme et la fonction, en utilisant ce qui a fonctionné le mieux pour lier le pouvoir de chaque Tyran.

   Beaucoup de tyrans avaient leur propre pouvoir contre eux. Meridion a puisé son pouvoir dans le ley les lignes qui sillonnaient le monde, si bien que les survivants l'ont emprisonné à l'intérieur de ces mêmes lignes, la forçant à détruire le pouvoir même qui lui a donné sa force pour s'échapper. Le pouvoir de l'oblitération s'est éteint de sa capacité à manipuler le temps et à enlever des choses de la réalité, alors ses geôliers ont construit sa prison à partir de la propre forme spirituelle du Tyran, en veillant à ce que tout acte d'évasion équivaudrait à un suicide.

   D'autres tyrans étaient trop subtils ou trop puissants pour être enfermé d'une telle façon, ce qui rendit nécessaire l'utilisation de prisons rudimentaires. La peste était liée dans la nécropole sous la ville de Malifaux et gardée par des sorts qui détournerait  tout ce qui s'approcherait, Cherufe a été emprisonné dans une cage haut dans le ciel, où ses flammes ont jaillies et sont mortes sans carburant, et le désespoir était enfermé dans une boîte puzzle diaboliquement intelligente.
Un par un, chacun des Tyrans était lié dans des prisons créées à partir de leur propre pouvoir.

   Certains ont réalisé ce qui se passait et ont choisi de s'exiler pour s'enfuir dans différents domaines de la réalité : Nytemare s'est enfui dans le monde du rêve, par exemple, tandis que le Dragon divisait son essence en deux, laissant une partie d'elle-même a Malifaux comme elle
s'est jeté à travers les dimensions et dans le corps d’un tout autre monde.... La Terre.

   Le passage entre les dimensions s'est grandement affaibli à la fois dans cette partie de l'âme du Dragon et dans la partie de l'âme du Dragon de la barrière qui séparait Malifaux de la Terre, bien qu’il faudrait des millénaires avant que toutes les ramifications de l'affaiblissement se fassent sentir.

Hors ligne dellamorte

  • Modérateur
  • Amateur de Pierrâme
  • *****
  • Messages: 223
    • Voir le profil
Re : le passé de Malifaux
« Réponse #3 le: 31 juillet 2019 à 19:46:04 »
La torsion

   Le peuple de Malifaux avait gagné la guerre contre les Tyrans et liés leurs esprits, mais le prix qu'ils ont payé pour leur victoire a été dure. Les Tyrans avaient utilisé leur magie et leur science pour détourner les esprits et les corps de leurs serviteurs et de leurs ennemis pour en faire des objets utiles et maintenant, les monstrueux survivants de ceux qui ont survécu durent lutté pour trouver une place dans le monde.

   Certaines de ces créatures, comme les Néphilims, ont tourné le dos à leurs anciens maîtres et ont appris à traquer ceux qui servaient encore les Tyrans. D'autres se sont tournés vers n'importe quel fragment de magie qu'ils avaient dépouillé dans les cadavres des Tyrans tombés, les utilisant afin de muter leurs formes vers de nouvelles formes que leurs frères vengeurs ne le reconnaîtraient pas.

   Peu à peu, les survivants de la guerre ont commencé à dériver loin les uns des autres. Les grandes villes (les sites si fortement associés aux Tyrans) étaient évité pendant que les gens migraient dans la nature. Avec chaque génération, les attributs de la civilisation partaient plus loin, jusqu'à ce que le peuple ait régressé en des tribus et des bandes aussi distraites qu'elles l'étaient par les suites de la guerre des Tyrants, les survivants n'ont pas réalisé qu’une menace beaucoup plus insidieuse s'intensifiait dans leur milieu.

   Le dispositif de Cythère a permis d'établir un lien entre Malifaux et le royaume de l'Esprit de la tombe, et sa corruption s'est peu à peu répandue à l'extérieur transformant la terre et empoisonnant le portail de ceux qui avaient survécu à la guerre. Ceux qui s'étaient installés dans les zones les plus touchées se tournèrent une fois de plus vers la magie des Tyrans, remodelant leur corps en formes qui pourraient survivre à la corruption qui s'étendait.

   Des siècles ont passé, et avec chaque génération, les diverses magies transmutatives qui avaient été utilisées sur le peuple s'étaient infiltré dans sa progéniture et la progéniture de sa progéniture, jusqu'à ce qu'un jour, chacun d'entre eux et leurs descendants possédaient la capacité de changer leurs  formes physiques. Pour beaucoup, ce changement est devenu une constante
une partie de leur cycle de croissance, comme c'est le cas pour les Néphilim qui avaient besoin de sang rouge pour grossir, mais d'autres ont conservé un plus grand contrôle sur leurs changements et
ont appris à changer leur apparence sur un coup de tête.

Hors ligne dellamorte

  • Modérateur
  • Amateur de Pierrâme
  • *****
  • Messages: 223
    • Voir le profil
Re : le passé de Malifaux
« Réponse #4 le: 31 juillet 2019 à 19:47:16 »
Voies cachées

   Le Dragon a été la première entité à venir de Malifaux sur Terre, mais ce n'était pas la dernière. La fissure causée par sa fuite était instable, et à travers les siècles, des portails s'ouvraient occasionnellement entre la Terre et Malifaux, joignant les deux mondes pour un court instant.

L'étoile filante (6000 av. J.-C.)

   La moitié du Dragon qui avait été jetée entre les dimensions est apparu sur Terre près de l'Etna sur l'île de Sicile. Le Tyran était l'homme le plus puissant du monde et a déclenché un énorme glissement de terrain volcanique, qui, à son tour, a provoqué un méga tsunami qui a dévasté la région de la côte est de la Méditerranée sur les continents d'Europe, d'Afrique et d'Asie. Affaiblie par son déplacement à travers les dimensions et maintenant pris au piège avec beaucoup moins de pouvoir magique qu’à Malifaux, le dragon s'installa dans le cœur brûlant de la montagne pour s'y installer et reprendre lentement ses forces.

   Dans les années qui suivirent, les habitants de la Crète voisine ont réalisé que les symboles et les icônes portant des motifs de serpents était devenu infusé avec de faibles pouvoirs de guérison et ont commencé à utiliser de telles icônes pour protéger leurs maisons et guérir les malades et les infirmes.

Voyage vers l'est (5400 av. J.-C.)

   Suite à des rumeurs et à une légende, un chaman crétois s'est rendu en Sicile dans l'espoir de trouver la source de la puissance de guérison que son peuple croyait résider dans l'Etna. Il a réussi à découvrir la forme spectrale du Tyran, qui aussitôt l'a possédée et l'a forcée à faire sa volonté. Croyant qu'il avait été choisie par les dieux, le chaman se dirigea vers l'est, comme le Tyran le lui avait ordonné d'une terre à l'autre, dévorant n'importe quel bout de puissance qu'il pouvait trouver pour retrouver sa force.

   Bien que le Dragon l'ait gardé fort et jeune son influence sur le corps du chaman l'a finalement laissée tomber et il s'est effondrée dans une rivière à un endroit qui jour deviendra le Tibet. Le Dragon trouva, à sa grande horreur, qu'il ne pouvait pas se séparer du cadavre de son hôte,
et des millénaires passèrent lentement tandis que le Tyran se débattait dans sa cage d'eau et d'os.

Sang de mon sang (500 av. J.-C.)

   Pendant la chasse, un groupe de chasseurs amérindiens est tombé sur un groupe de six indigènes de Malifaux dans ce qui deviendrait un jour l'Ohio moderne. Les chasseurs étaient troublés par l'apparence étrange des gens qu'ils ont trouvé et le langage incompréhensible qu’ils parlé, mais ils ont eu pitié des réfugiés et les ont ramenés à leur campement.

   Au fil du temps, les autochtones de Malifaux ont appris à connaître la langue des chasseurs et ont pris des époux au sein de la tribu, pour finalement mettre au monde les premiers enfants qui étaient les produits de deux mondes différents. Ces hommes et ces femmes se sont fait connaître pour leur capacité à courir avec les loups ou voler avec les corbeaux, un cadeau qu'ils ont transmis à leurs enfants et petits-enfants.

   Les descendants de ces chasseurs d'origine se sont finalement séparés et sont allés chacun de leur côté, répandant leurs lignée magique dans toute la lignée indigène de l'Amérique du Nord. La capacité de changer et marcher avec les animaux s'est affaibli à chaque fois à la génération suivante, jusqu'à ce qu'ils ne soient plus que des mythes et des légendes, mais à chaque génération, il y avait
une poignée de personnes ayant un lien plus fort avec leur patrimoine.

La forêt vivante (220 ap. J.-C.)

   Peu de temps après le début du nouveau millénaire, un portail fût ouvert au cœur de la forêt amazonienne permettant à un petit groupe d'esprits végétal connu en tant que Waldgeist d’errer curieusement sur Terre. À l'abri de cet événement, les esprits, qui n'ont pas été perturbé par l'événement, ont commencé à explorer leur nouvelle maison et à communier avec les arbres environnants.
   Au cours des millénaires à venir, le nombre d'indigènes des tribus vivant avec la forêt tropicale ont considérablement chuté alors que les esprits des arbres et leur progéniture se défendaient contre ce qu'ils percevaient comme des intrus dans "leur" terres. Éventuellement, les histoires de sa dangereuse vie végétale s'étendrait jusqu'au nord de l'Europe et à l'est de l'Europe et à l'Asie, bien que peu de gens croyaient vraiment aux histoires étranges venant d'une terre si "non civilisée".

Hors ligne dellamorte

  • Modérateur
  • Amateur de Pierrâme
  • *****
  • Messages: 223
    • Voir le profil
Re : le passé de Malifaux
« Réponse #5 le: 31 juillet 2019 à 19:47:55 »
La site bientôt en espérant que ça vous intéresse  ;)

Hors ligne Renan

  • Henchman
  • Maître
  • *****
  • Messages: 927
    • Voir le profil
Re : le passé de Malifaux
« Réponse #6 le: 02 août 2019 à 10:01:54 »
totalement, merci ^^
henchman en île-de-France, au cas où ça peut être utile.
Venez jouer à la ludothèque de Boulogne-Billancourt. °O°

Hors ligne sycophante

  • Amateur de Pierrâme
  • ***
  • Messages: 236
    • Voir le profil
Re : le passé de Malifaux
« Réponse #7 le: 03 août 2019 à 22:05:24 »
J’attend la suite avec impatience.
Merci beaucoup.

Hors ligne dellamorte

  • Modérateur
  • Amateur de Pierrâme
  • *****
  • Messages: 223
    • Voir le profil
Re : le passé de Malifaux
« Réponse #8 le: 04 août 2019 à 19:14:17 »
La montée du dragon (770 ap. J.-C.)

   Le moine indien Santaraksita a tenté de construire un monastère au bord d'un fleuve tibétain, mais à chaque fois la rivière s'éleva vers le haut, frappant le temple en arrière terre. Terrifiés, les ouvriers de la construction commencèrent à parler d'un démon se cachant dans la rivière et a refuser
d'avoir quoi que ce soit à voir avec le temple.

   Craignant pour le bien-être du voisinage Santaraksita envoya chercher son compagnon moine, Padmasambhava, pour l'aider à bannir le démon et purifier le chantier. Au lieu de cela, les deux moines rencontrèrent le Dragon, qui passa des fragments d'os du chaman crétois en
Santaraksita. Padmasambhava s'est immédiatement rendu compte que Santaraksita avait été possédée par un esprit bien plus puissant qu'il ne pouvait l'imaginer. S'inclinant vers le bas, il
s'approcha prudemment du Dragon, en donnant le respect qu'il croyait mériter. Padmasambhava
a fait appel à l'ego du Dragon et, après un long moment de conversation qui s'est étendue sur trois jours, il a convaincu le Tyran que la sagesse du bouddhisme aurait plus de réponses à son sort que n'en a jamais eu la destruction. Le Dragon écouta le moine. Dans son esprit, il réfléchissait déjà à ce qui pourrait se produir lorsque son hôte actuel aurait péri. Aucun des travailleurs n’avaient été des hôtes convenables ; seul le moine avait la force spirituelle nécessaire pour abriter son essence. A la fin, le Dragon accepta de permettre au temple de s’ériger, pas par altruisme, mais par intérêt personnel.

   Le Dragon passa les siècles suivants à errer au Tibet, rassemblant les humains les plus sages qu'il pouvait trouver et les ramenant dans son temple de Samye ou les inspirant à construire plus de temples qui pourraient apporter la grandeur de sa maison. Peu à peu, il a déformé les principes de l'éthique du bouddhisme l'adaptant à ses propres besoins, créant un dogme qui n'avait qu'un seul but : préparer les humains à devenir le prochain hôte du Dragon.

   Il faudrait d'innombrables millénaires pour amasser assez d'informations et le pouvoir magique de s'élever dans le monde affamé de la Terre, mais le Dragon était patient et s'était assuré
que quand son hôte avait fini par périr, il en aurait un autre prêt à assumer l'honneur de porter son essence spectrale.

Le Masamune Nihonto (1293 ap. J.-C.)
   De retour à Malifaux, un chaman avec des illusions de domination sur son peuple a libéré un esprit puissant de l'emprise de l'ennemi dans les salles magiques qui l'ont lié. Et tandis que le dernier des enchantements le liants s'effacèrent, l'esprit se révéla être le Tyran Shez'uul et il possédat son propre sauveur horrifié.

   L'hôte de Shez'uul n'était pas fait pour un esprit aussi puissant et a commencé à s'effondrer presque immédiatement. Le tyran était puissant, cependant, et il a complété la vie de son hôte avec le sang de ceux qu'il a tués, peu à peu transformant son hôte involontaire en une créature de
qui coule du sang. Les tribus dispersées de Malifaux étaient les suivantes forcés de s'unir contre le Tyran affaibli.

   En fin de compte, les Nephilims ont renversé la vapeur en subissant un rituel qui a transformé leur sang dans un ichor noir corrosif qui s'est avéré être catastrophiquement destructrice pour la fabrication du sang rouge dans la forme empruntée par le Tyran. Plutôt que de perdre le Tyran s'est servi de ce qu’il avait utilisé pour se lier de nouveau et utiliser son pouvoir restant de ce qu'il s'avait rassemblé pour se jeter à l'eau à travers les dimensions, tout comme le Dragon l'avait fait des millénaires plus tôt.

   Le Tyran affaibli est apparu dans le Kanagawa Préfecture du Japon, déclenchant un puissant tremblement de terre qui a dévasté la ville de Kamakura et  a tué des dizaines de milliers d’hommes. Réalisant qu'il avait à peine survécu au voyage entre les dimensions, le Tyran lia son essence effilochée et déchiquetée à un seigneur samouraï et força l'homme à massacrer ceux qui étaient sous sa responsabilité afin de fournir leurs sang au Tyran. Alors que le nombre de corps augmentait de plus en plus, un préfet désespéré a voyagé dans les montagnes afin de recruter le maître épéiste, Goro Nyudo Masamune, pour de l'aide.

   Masamune a donné au préfet la plus grande de ses lames, la Masamune Nihonto, le préfet s'en est servi pour couper et emprisonner l'esprit maléfique qui avait possédé son seigneur. Le préfet a enchâssé l'épée dans sa maison, où elle reposait jusqu'à ce qu'elle ait été volé quarante ans plus tard pendant la guerre de Genko. La lame est entrée dans la légende tandis que Shez'uul influencé ses manieurs, les poussant subtilement vers de plus grands actes de violence et d'effusion de sang,
dont le Tyran s'est nourri comme un prisonnier affamé.

Hors ligne dellamorte

  • Modérateur
  • Amateur de Pierrâme
  • *****
  • Messages: 223
    • Voir le profil
Re : le passé de Malifaux
« Réponse #9 le: 04 août 2019 à 19:16:05 »
Aperçu de Huitzilopochtli (1332 ap. J.-C.)

   Au XIVe siècle, un portail entre la Terre et Malifaux s'ouvrit dans la Vallée du Mexique, déchaînant des monstres brûlés et tordus à la périphérie de Tenochtitlan. Les Aztèques n'étaient pas préparés à affronter l'apparition soudaine de ces créatures qu'ils ont reçu d'un autre monde.

   La guerre et les bêtes titanesques et carbonisées qui se sont abattu à travers les flammes incandescentes - secouèrent leur civilisation toute entière. Une fois que le portail s'est refermé et que les hurlements des bêtes fûrent tuées ou chassées, le peuple aztèque lutta pour interpréter ce qu'ils avaient vu. Bon nombre des créatures qu'ils apercevaient étaient incorporées dans leurs religion, devenant des dieux et des divinités. Ils croyaient que le monde qu'ils avaient vu à travers le portail (Malifaux) était une vision de l'avenir après que le soleil ai périt, et dans une tentative d'éviter que cela ne soit leurs destin, leurs croyances ont mené le peuple aztèque dans les ténèbres sur un chemin sanglant.

   Sous l'impulsion de leurs "visions", les Aztèques sont devenus plus belliqueux et agressif. Au cours du prochain siècle ils sont venus pour dominer la Vallée du Mexique et ses environs. Les sacrifices humain n'était pas inconnu avant par les Aztèques, mais ils en portèrent la pratique à un niveau sans précédent, à un moment donnés acrifiant plus de quatre-vingts mille prisonniers au cours de la guerre de quatre jours. Cela a été fait en croyant que le sang des cœurs des sacrifiés donnerait plus de pouvoir à leur divinité du soleil, Huitzilopochtli, avec suffisamment de force pour continuer à lutter contre les "monstres" qui l'assaillent. Si Huitzilopochtli échouait, les Aztèques
croyaient, alors ils périraient aussi, car il n’y aurais plus personne pour s'interposer entre eux et l'Assemblée des horreurs dont ils avaient été témoins.

La Fureur d'Horomatangi (1575 ap. J.-C.)

   Dans la seconde moitié du XVIe siècle, les Maoris de l'époque de la Nouvelle-Zélande ont été témoin de l'ouverture d'un portail qui s’est ouvert  à une centaine de pieds en l'air au-dessus de l'océan. Le portail s'est déchaîné avec un déluge d'eau qui s'est déversé du ciel comme une chute d'eau, amenant des douzaines d'étranges poissons vers la Terre. Malheureusement, le grand Horomatangi, une bête marine ancienne et titanesque qui s'était battue pour la survie de Meridion pendant la guerre des Tyrans, a également été tiré dans les océans de la Terre par le courant qui en a résulté.

   Horomatangi a commencé à terroriser le peuple de Nouvelle-Zélande pour la majeure partie des cinquante années à venir, festoyant des Maoris chaque fois qu'ils allaient chasser ou pêcher. La grande bête a finalement été vaincue par les efforts des soeurs Ngaatoro, deux femmes qui se sont empoisonnés et ont piégé Horomatangi pour les dévorer. Le poison n'a pas tué le grand monstre, mais il a affaibli Horomatangi sufissament pour l'envoyer dans un profond sommeil, gagnant la paix pour les Maoris et faisant des soeurs Ngaatoro les gardiennes de l'île.

Un empire de miracles (1642 ap. J.-C.)

   Au XVIIe siècle, un autre portail s'est ouvert en Afrique de l'Est, dans la nation d'Abyssinie. Aucun monstres ne s’est déversé de la faille dimensionnelle, et dans leur curiosité, les Abyssins ont exploré la région d'un nouveau monde apparemment désolé et découvert un nouveau monde etses caches de pierres d’âme.
   Les pierres d’âme ont été amenés à travers la brèche dans la croyance qu'il s'agissait de pierres précieuses normales, mais c'était seulement après la fermeture du portail que les vraies propriétés des pierres d’âme ont été réalisées. Quand quelqu'un est mort près d'une pierre d'âme, la gemme se chargée avec de l'énergie magique qui pouvait ensuite être utilisée pour lancer des sorts d'une puissance incroyable.

   Suite à leur découverte, l'Abyssinie est devenue connu comme un lieu étrange et mystique dont les gens pourrait exercer de terribles pouvoirs magiques. Au fil du temps, cependant, les propriétaires de ces pierres d’âme se sont battus les uns avec les autres, et les pierres précieuses qui ont alimenté les pouvoirs incroyables ont été graduellement perdus ou détruits.

   Finalement, le nombre de pierres d’âme a tellement baissé que la réputation mystique de l'Abyssinie s'est estompée dans la légende, et ils sont juste devenus une autre nation, bien qu'avec des villes exceptionnellement avancées et certaines étrange tradition.

La formation du Concile (1780 après J.-C.)

   Peu à peu, les lanceurs de sorts, les chamans, les mystiques et les
 guérisseurs ont réalisé que la maigre magie de la Terre s'amenuisait. Il y avait beaucoup de théories sur les raisons pour lesquelles les incantations et les rituels qui avaient fonctionné étaient de moins en moins efficaces à chaque fois qu'une nouvelle année passée. Certains pensaient que c'était un cycle naturel, une marée de magie qui diminuerait avec le temps. D’autres pensait qu'il pourrait y avoir un conflit entre la magie et la science, que l'industrialisation croissante des pays du monde pourrait en quelque sorte étouffer l'arcane et les règles de la magie sous l'influence grandissante de la science.

   Les sorciers, les mages, les shamans, les devins et les guérisseurs dans le monde se sont peu à peu réuni à la recherche d'une nouvelle source de magie. Ils se nommèrent eux-mêmes le Conseil,
le groupe a parcouru le monde à la recherche d'un moyen pour reconstituer la magie de la Terre. Leurs membres ont voyagé jusqu'au Nouveau Monde pour parler avec les chamans de l'Amérique du Nord, les tribus indigènes et en Afrique de l'Est pour enquêter sur les rumeurs de puissante sorcellerie.

   A chaque tournant, ils ont trouvé des mystiques qui avaient remarqué le déclin de la magie mais n'avait pas de réponses à leur donner. Finalement, le Conseil a commencé à se rendre compte qu'il y avait un monde au delà du leur, et qu'une grande partie de la magie du monde de la Terre   pourrait être retracée à des rencontres avec ce monde caché. Seule la plus faible des parois dimensionnelles a gardé les deux mondes séparés... et avec assez de force n'importe quel mur pouvait être abattu

Hors ligne dellamorte

  • Modérateur
  • Amateur de Pierrâme
  • *****
  • Messages: 223
    • Voir le profil
Re : le passé de Malifaux
« Réponse #10 le: 04 août 2019 à 19:17:20 »
La grande brèche (1787 après J.-C.)

Le premier Résurrectioniste (1791 après J.-C.)

Paradis perdu (1797 après J.-C.)


   Le portail qu'ils avaient ouvert entre les dimensions, cependant, était une prouesse d'énergie magique, et Décembre croyait qu'en le consommant, il pourrait s'élever vers la vraie divinité. Sous l'influence de Décembre, l'hiver de 1797 était particulièrement amère et froide pour les Malifauxiens. Ceux qui ont pu s'abriter dans leurs maisons en bordure de la rivière ou dans les tavernes gardaient le gel mortel à distance. Ceux qui n'avaient pas de refuge ont tenté de se réchauffer en brûlant des ordures ou des débris dans des immeubles abandonnés, essayant, avec un besoin désespéré, d'éviter les engelures et les gelures suivie d’une mort glacéee.

   Au sommet de la cacophonie du temps la procuration de décembre a flotté dans la ville, tenu
en l'air par les vents rugissants des montagnes. Le Conseil et les autres héros de la ville se sont blottis dans leurs maisons, se réchauffant au coin du feu comme s'ils n'étaient pas en vie. La malédiction flottait sans opposition devant leurs portes givrées.

   Les Jamais-né, cependant, avait entendu parler de Décembre et de son évasion et étaient préparés pour sa tentative d'ascension. Lilith et sa soeur, Nekima, sot apparu de l'ombre, attaquant son mandataire et ses partisans avec une petite armée de monstres Nephilims. C'était une bataille brutale, car bien que Décembre n'était rien de plus qu'un spectre, il était toujours un adversaire redoutable.

   Utilisant des vents forts pour repousser les Nephilims, Décembre s'est jeté sur l'arche de pierre qui gardait la Grande brèche s'est stabilisée et a commencé à se nourrir de ses énergies. S'il n'y avait pas eu l'apparition soudaine de Kenshiro et du Masamune Nihonto, Décembre aurait pu réussir son plan et élever jusqu'à règner sur toute la réalité.Protégé par l'influence du Tyran à l'intérieur de son corps Kenshiro a été capable de couper à travers la lame de Décembre et avancer sur la procuration du Tyran. Bien que Décembre ai paniqué quand il a senti la présence d'un autre Tyran, il s'est détendu quand il a réalisé que Shez'uul était toujours piégé dans sa prison. Décembre
a déclenché un coup de vent glacial à Kenshiro, avec l'intention de déchirer l'homme avec des morceaux de glace soufflés par le vent, mais il avait sous-estimé la vitesse du sabreur et sa résilience.

   Même quand les éclats de glace ont empalé et tué Kenshiro, l'épéiste leva son épée et la descendit dans une attaque meurtrière. La lame magique a coupé à travers les protections magiques autour de la procuration de Décembre, coupant l'homme en deux et tranchant la moitié du corps de Décembre et sa connexion avec le monde des mortels.

   Décembre avait investi une grande partie de son pouvoir dans sa procuration, et avec la mort de l'homme, son influence a été grandement affaiblie. Dans sa rage et sa colère, Décembre dépensa le peu de pouvoir qu'il avait afin d'invoquer une dernière rafale de vent, lançant l'appel à l'aide du Masamune Nihonto de retour par la brèche et hors de sa vue qui s'estompait.

   Au lendemain de la bataille, Lilith et Nekima ont fait le point sur la situation. L'humanité avait envahi leur maison moins d'une décennie plus tôt, et déjà ils étaient tombés sous l'emprise de plusieurs tyrans. Décembre avait été libéré de ses chaînes, et leur monde avait presque atteint sa fin.
Les deux sœurs sont arrivées à un accord : l'humanité était trop dangereux pour pouvoir vivre. Alors qu'ils débattaient sur comment sceller la brèche, ils ont été approchés par une sorcière humaine nommée Zoraida. La sorcière a prétendu qu'elle pouvait sceller la brèche grâce à un puissant enchantement mais seulement si les Jamais-né acceptait ses conditions.

   Les sœurs ont écouté et ont accepté. Avec un sourire sournois, Zoraida a rassemblé les composants nécessaires pour son rituel, qui exploitait l'énergie éthérique est parti dans le sillage de Décembre et l'a retourné contre le portail. L'arche en pierre qui gardait le portail a commencé à trembler et à gronder violemment, et peu à peu, la brèche a commencé à se rétrécir. Les thaumaturges de retour sur Terre ont essayé de la stabiliser mais en vain. De plus, ceux qui ont tenté de traverser jusqu'a Malifaux ont été coupés, comme si le portail avait été maçonné.

   Pendant ce temps, Nekima prit le reste des Nephilims et les répartis dans toute la ville, massacrant tous les humain qu'ils ont pu trouver. Le matin, elle jeta un cadavre à travers la brèche pour envoyer un message aux humains qui avaient presque détruit son monde. Son torse a été sculpté d'un seul mot obsédant : "Le nôtre". La brèche est restée ouverte un instant de plus puis s'est refermée sur elle-même avec un hurlement sonore. La Grande brèche n'était plus.

Les guerres de la poudre noire (1803 - 1814 après J.-C.)

L'essor de la Guilde (1815 - 1896 ap. J.-C.)

Réouverture de la brèche (1897 après J.-C.)

Hors ligne dellamorte

  • Modérateur
  • Amateur de Pierrâme
  • *****
  • Messages: 223
    • Voir le profil
Re : le passé de Malifaux
« Réponse #11 le: 04 août 2019 à 19:18:30 »
J'ai laissé des passages sans précision car déjà suffisamment traduit ailleurs.

Hors ligne dellamorte

  • Modérateur
  • Amateur de Pierrâme
  • *****
  • Messages: 223
    • Voir le profil
Re : le passé de Malifaux
« Réponse #12 le: 04 août 2019 à 19:19:24 »
Divisions spéciales (1898 après J.-C.)

   Au fur et à mesure que la ville s'est développée et a prospéré, les anciennes menaces de Malifaux ont une fois de plus levé leurs têtes laides. Parmi les premiers étaient les Jamais nés, qui ont commencé à attaquer les colons qui ont bravé la désolation des Badlands et les bûcherons qui ont voyagé dans les Knotwoods à l'ouest de la ville. Plutôt que de déployer leur propre force pour faire face à l'éparpillement des informations faisant état d'attaques au milieu de nulle part, la Guilde a choisi à la place d'instituer une généreuse rétribution sur les cadavres des Jamais-nés.

   Il y avait toujours eu des gens prêts à se rendre à Malifaux dans l'espoir de commencer une nouvelle vie, mais avec le prix élevé que la Guilde payait à ceux qui le voulaient pour tuer des monstres, ils ont soudain eu l'attention de chaque mercenaire, chasseur de primes, soldat de fortune,
et chasseur de gros gibier sur la Terre. Ils ont afflué en masse vers Malifaux dans une tentative de prouver leur courage et de gagner une fortune, et ce faisant, l'essentiel de ce qui allaient devenir les Chasseurs de Jamais-nés en sont venu à exister.

   C'était une profession extrêmement dangereuse, et la plupart de ceux qui ont signé la charte de la Guilde et qui ont accepté leurs insignes d'étain et leurs fusils de chasse de mauvaise qualité ne sont jamais revenus de leur première chasse. L'exception notable est la suivante Perdita Ortega, un petit brin de fille qui d'une certaine façon  a réussi à mettre trois Jamais-nés adulte au sol au cours de sa première semaine. Avec l'argent qu'elle a gagné de ces premiers meurtres, elle a acheté un
pistolet de qualité et a commencé à se frayer une route de mort à travers les Jamais-nés dans les Badlands.

   Une grande partie de l'argent que Perdita a gagné a été renvoyé par la brèche pour acheter des armes à feu pour le reste de sa famille. D'abord, il n'y avait qu'elle mais son père, ses cousins et même sa grand-mère ont fait le voyage à Malifaux. Avec chaque nouveau Ortega, la famille est devenue progressivement plus capable et plus mortel, jusqu'à ce qu'en fin de compte les Jamais-nés aient appris à craindre leur nom.

   Les Ortega s'installèrent sur les terres anéanties des Badlands et ont tourné leurs profits vers la construction d'un ranch fortifié, qu'ils ont nommé Latigo. Bien que techniquement libres, la Guilde a fait de Perdita et de sa famille des héros et ont récolté les fruits de leurs exploits plus grands que nature qui prouvait que l'humanité n'avait plus rien à craindre des indigènes de Malifaux.

   Les Jamais-nés n'étaient pas les seuls ennemis qui sont réapparus dans les premiers jours de la réinstallation. Les morts en décomposition ont été repérés une fois de plus en train de marcher dans la ville, mais contrairement à ce qui se passait auparavant, où ils servaient un seul maître, ils se sont maintenant mis sous les ordres d'une cabale entière de nécromanciens qui opérait secrètement, sous le voile des ténèbres.

   L'émergence du tueur de la Chapelle Rouge, un tueur en série qui a du flair pour le drame et le goût pour les prostituées, a inspiré des douzaines de prostituées indépendantes à dénoncer l'incapacité de la Garde de la Guilde pour les protéger. Quand il a été révélé que le tueur de la chapelle n'avait pas seulement assassiné de nombreuses prostituées et des jeunes femmes, mais aussi animé leurs cadavres en zombies, les cris de protestation sont devenu si assourdissant qu'il ont parcouru tout le chemin du retour jusqu’à la Terre par la presse.

   En réponse, la gouverneure général a déclaré illégal les journaux indépendants et décidé de mettre en place le Département des relations publiques, qui a été chargé de publier
un quotidien - le Malifaux Daily Record – et de produire du contenu pour la station Aethervox de la ville, ostensiblement pour s'assurer que les résidents de la ville avaient accès à des informations "impartiales". Le Ministère des relations publiques a également été chargé de surveiller les activités des stations aethervox pour les émissions séditieuses et de localiser et de détruire toute personne qui tenterait de calomnier la réputation de la Guilde.

   Ce n'est que lorsque le gouverneur générale a eu l'occasion de vivre en direct des membres de son personnel être tué et réanimé par un nécromancien particulièrement courageux que la Guilde a finalement pris conscience de la menace qui pesait dans leur ville. Dans un discours public d'aethervox, le gouverneur général a annoncé la formation d'un groupe de travail conçu pour traquer ces sorciers hors-la-loi : les Maréchaux de la Mort.

   Le gouverneur général a placé cette nouvelle "division spéciale" sous la direction directe de Lady Justice, un mystérieux combattant de l'épée qui est apparu parmi les rangs de la guilde semblant sortir de nulle part. Bien qu’aveugle, Lady Justice semblait posséder une étrange capacité à ressentir des choses que les autres ne pouvaient pas ressentir, et avec l'aide de son compagnon, le Juge, à ses côtés, elle s'est mise en route afin recruter des candidats prometteurs au sein de la Guilde

   Les garde et les mercenaires de la ville avaientt d'innombrables rumeurs autour de Lady
Justice : certains ont prétendu qu'elle était une ex-juge nécromancienne qui cherchait à se racheter pour ses péchés, tandis que d'autres ont chuchoté à propos d’une terrible confrontation avec une Résurrectionniste qui avait réclamé la famille de la femme et ses yeux. D'autres encore ont chuchoté que Lady Justice enseignait aux Maréchaux de la Mort la même obscure magie utilisée par ceux qu'ils chassaient et que ses yeux avaient pourri à cause de la sur-utilisation de ces magies noires.

   Quelle que soit la vérité, les Maréchaux de la Mort ont prouvé être remarquablement efficace contre les Résurrectionnistes. Le nombre de zombies marchant dans les rues a chuté
et malgré leurs sombres visages et leur stoïcisme naturel (ou peut-être à cause d'elles), les maréchaux de la mort devinrent bientôt les plus populaires pour les gens. L'image de Lady Justice a été utilisée dans tout le pays et à travers toute la ville, rassurant l'opinion publique et la population que la Guilde ne tolérerait pas ceux qui  violé les morts.

   Toutes les soi-disant divisions spéciales de la Guilde ne sont pas des divisions spéciales aussi bien accueillis par la population, cependant, au début du processus de réinstallation, la Guilde a remarqué que même les gens qui n'ont pas de formation magique commençaient à développer des pouvoirs magiques. Il y avait des rumeurs de telles choses qui se produisaient à l'époque de la première brèche, bien sûr, mais le Conseil a pris une approche assez libérale de l'étude de la magie.

   Une bonne partie des gens qui sont passés par la deuxième brèche, cependant, étaient des condamnés qui avaient été amenés à Malifaux contre leur gré. Quand ces hommes et ces femmes ont réalisé qu'ils pouvaient devenir invisibles, lancer des boules de feu, ou transformer leur corps
en ceux d'animaux mortels, ils se sont retournés contre leurs surveillants de guilde et leurs geôliers.

   En quelques semaines, le chaos avait englouti les mines de la Guilde ce qui ralentit leur production de Pierres d’âme drastique. D'innombrables condamnés se sont évadés dans la nature,
certains d'entre eux retournant à Malifaux dans d'autres établissements, où ils se sont fait passer pour des citoyens légitimes et respectables. D'autres se sont révélé dans le nouveau pouvoir dont ils avaient hérité et se sont mis a attaquer la Guilde et tous ceux qui les entourent.

   La Guilde s'est rendu compte qu'elle avait une crise sur les bras. Amener d'autres condamnés ne semblait être qu'une idée pour aggraver la situation, car le problème pourrait se répéter avec de nouveaux visages. Finalement, la Guilde a ouvert ses mines à des travailleurs rémunérés pour s'assurer qu’ils allaient demeurés fonctionnels pendant qu'ils s'occupaient du problème à la portée de leurs mains.

   La solution se présentait sous la forme d'une femme du nom de Sonnia Criid. qui était venu à Malifaux à la recherche d'une connaissance des arcanes et de pierres d’âme, et elle avait déjà lancé un certain nombre d'excursions solitaires dans la Zone de Quarantaine et la Nécropole sous la ville à la recherche de reliques anciennes de Malifaux. Chaque fois, elle est revenue avec un tome, une relique ou un rituel qui offrait de nouvelles perspectives sur l'histoire de la nature de la magie, comme si les anciens livres de la ville l'appelait d'une façon ou d'une autre.

Hors ligne dellamorte

  • Modérateur
  • Amateur de Pierrâme
  • *****
  • Messages: 223
    • Voir le profil
Re : le passé de Malifaux
« Réponse #13 le: 04 août 2019 à 19:20:11 »
La Guilde a confié à Mme Criid la responsabilité de former le nouveau groupe de travail sur la chasse aux sorcières, ce qui lui a permis de gagner sa vie contre sa loyauté avec la promesse qu'on lui donnerait l'accès à tous les sorts, tomes et artefacts qu'elle récupérerais des lanceurs de sorts renégats. Criid a profité de la situation, réquisitionnant pièce après pièce dans l'Enclave de la Guilde pour ses bibliothèques qui ne cessent de s'agrandir, ainsi qu'une chambre dans les sous-sols profonds qu'elle a aménagés et appelée la Crypte Jaune.

   Les chasseurs de sorcières sont rapidement devenus la moins populaire des divisions spéciales de la Guilde. Criid était impitoyable dans sa persécution des personnes qui ont utilisé de la magie sans permis et d'innombrables familles ont été détruites par sa magie. Criid ou l'un de ses subordonnés se présentait, déclarait quelqu'un pour être un lanceur de sorts ou une sorcière, et la traînée sans aucune sorte de procès ou de défense. Beaucoup ont été exécutés, mais les plus forts ont été enfermé dans la Crypte Jaune, une chambre gardée dans le sous-sol de l'Enclave.. Là, Criid brûlait la magie et l'esprit du sorcier, en les laissant carbonisés et brisés en faisant une créature qu'elle a surnommée une harceleuse de sorcières.

Hors ligne dellamorte

  • Modérateur
  • Amateur de Pierrâme
  • *****
  • Messages: 223
    • Voir le profil
Re : le passé de Malifaux
« Réponse #14 le: 15 août 2019 à 22:53:12 »
L'essor de l'Union (1899 ap. J.-C.)

   Pendant que la Guilde luttait pour traiter avec les menaces des Jamais-nés, des morts-vivants, et les lanceurs de sorts renégats, une autre faction s'est développée jusqu'à atteindre le pouvoir dans l'ombre. Les condamnés que la Guilde avait envoyé à Malifaux pour travailler dans les mines de pierres d’âme s'était avéré trop nombreux à gérer pour la Guilde, et pour répondre à leur production ils ont été forcés d'embaucher un plus grand nombre de mineurs et travailleurs indépendants.

   Alors que les gens s'installant dans les collines du Nord s’unissaient ensemble pour s'entraider, tout comme l'ont fait les membres des travailleurs des mines pour s'entraider et gagner de la sécurité. Dans l'obscurité d'une mine, il y a d'innombrables choses qui pourraient mal tourner et prendre la vie d'un mineur et souvent, la seule façon de prévenir les catastrophes était que tout le monde dans la mine aurait votre survie à cœur si les choses tournaient mal. Ces liens entre mineurs, qu'ils soient condamnés ou travailleurs libres, ont été cimentées par les fréquents accidents et les tragédies de ces premiers jours. Les effondrements et d'autres catastrophes ont rapproché les survivants et il n'a pas fallu longtemps avant que des colonies entières ne s'unissent ensemble dans un but commun : garder les mineurs en vie et leurs familles en sécurité à tout moment.

   Ce sens de la camaraderie se développa rapidement, et la Guilde ne voyait pas le danger dans ce qui se passait avant qu’il ne soit trop tard. Quand un groupe de mineurs s’est fait piéger sous terre pendant des jours après qu’une pluie torrentielle ait inondé leur mine, l'histoire s'est répandue comme une traînée de poudre. Tout le monde à travers Malifaux a entendu dire que la Guilde avait forcé les mineurs à s'enfoncer dans les profondeurs de l'inondation, insistant sur le fait qu'un peu de pluie n'était pas une raison pour arrêter de travailler. Un des hommes qui s'est échappé de la mine, Erick Ulish, a rallié ses collègues de travail autour de l'idée d'un syndicat qui offrirait à tous ses membres des avantages mutuels de soutien et des conditions de travail plus sûres. L'idée a fait son chemin et bientôt la plupart des collines du Nord s'étaient réunis sous la bannière du syndicat des mineurs.

   En l'espace de quelques mois, l'Union avait mis en place suffisamment d'argent par le biais de la cotisation de ses membres pour finalement répondre aux préoccupations de la Guilde en matière de sécurité dans les mines de la Guilde. Ils ont commencé à embaucher des ingénieurs pour aider à créer plus de passages stables, un meilleur éclairage, et une solution pour la menace constante d'inondation des grottes. C'était dans cet environnement de besoin que le Docteur Victor Ramos apparut, apportant avec lui des experts et des spécialistes ingénieurs loyaux.

   Il n'y a pas un homme dans le syndicat des mineurs qui n'ait pas reconnu le génie de Ramos pour l'ingénierie et la technologie. Une grande partie des cotisations de l'Union allant à l'Institut de la fonction publique du Canada. pour payer ces ingénieurs, ça n'a fait que les inclure également dans l'Union ; et après un vote, le United Miners Union est devenu le Syndicat des Mineurs et monteurs d'appareils à vapeur Uni. Au moment où la Guilde a réalisé ce qui se passait, le M&SU
avait réussi à étendre son influence à a peu près de toutes les mines du Nord, ce qui lui donne accès à suffisamment d'eau potable, de main-d'œuvre et de technologie pour en faire une entreprise légitime et une menace au pouvoir de la Guilde.

   Le Dr Ramos était initialement en charge de l'amélioration de la santé des mineurs et tout ce qu'il touchait se transformait en or. Il a été en mesure de tirer parti de la menace de grèves des travailleurs pour pouvoir de négocier avec la Guilde, qui, à son tour, a participé à l'établissement de salaires plus élevés, à des règles de sécurité plus strictes et un programme qui permettrait aux condamnés de faire la transition en travailleurs rémunérés ayant un bon comportement. De même,
les constructions minières qu'il a créées se sont avérées être de précieux compagnons pour les travailleurs de chair et de sang.

   Quand le Président Ulish a souffert d'un malheureux accident minier, Ramos était le choix naturel pour son remplaçant. À l'insu de la Guilde ou de l'Union, Ramos était un mage habile qui portait une attention particulière à l'histoire du nouveau groupe de travail de la Guilde sur la chasse aux sorcières. Il sentait que lui et ses semblables ne faisaient rien de mal et que la vendetta apparente de la Guilde contre leur espèce était simplement dû à la quantité de puissance de tel mages qui pourraient être en mesure de s'en prendre à eux. Il a décidé qu'il y avait de la sécurité dans le nombre et a fondé le mouvement Arcaniste dans l'ombre de l'Union en pleine croissance. Il a tiré ses premiers membres des mineurs et des condamnés qui avaient manifesté de la magie en les protégeant de l'attention de la Guilde dans le monde entier en échange de leur loyauté et de leur service.